Aujourd’hui, à l’atelier de lutherie Esprit Guitare, j’ai envie de vous parler technique !
Je vais vous décrire en images les différentes étapes de remplacement des frettes d’une guitare. Ici, la démonstration sera faite sur une guitare électrique (Fender Stratocaster), mais le processus est sensiblement le même pour une guitare acoustique ou une basse.

Remplacement des frettes : quand et pourquoi ?

Des frettes usées se caractérisent soit par la disparition de l’arrondi de une ou plusieurs frettes (généralement plusieurs), soit par une usure très marquée par endroit.

Si l’usure n’est pas trop prononcée mais qu’elle est assez importante pour provoquer une gène (buzz, frises), alors on peut simplement procéder à une planimétrie totale ou partielle (raboter toutes les frettes pour les remettre au même niveau) avant de refaire le couronnement (l’arrondi du haut de la frette).

Dans l’exemple que je vous présente, l’usure est très prononcée. Beaucoup trop pour que l’on puisse se contenter d’une planimétrie.

Voilà déjà l’état des frettes lorsque la guitare est arrivée à l’atelier.

Dans ce cas, le seul moyen de récupérer un manche jouable, c’est de remplacer les frettes.

Étape 1 : retirer les anciennes frettes

Alors, mine de rien, c’est l’opération la plus délicate.

Il s’agit d’enlever les anciennes frettes sans abimer la touche. Selon le bois utilisé pour la touche, la méthode de pose utilisée pour les frettes, la colle éventuellement utilisée, le taux d’humidité du bois, l’enchâssement de la frette, la technique d’extraction, etc… Il y a un million de raisons pour que l’opération se passe bien, ou mal…

Le risque, c’est d’éclater le bois sur le bord du « slot » (fente dans laquelle la frette est insérée). Donc il faut être très précis et attentif à la réaction du bois, pendant cette étape. Et y aller touuut douuucement.

Étape 2 : ponçage de la touche

Ici, l’objectif est de profiter de l’absence de frettes pour remettre un coup de neuf à la touche. On ponce donc la touche avec des cales à poncer dont le radius (la courbure) correspond à celui de la touche à l’origine. On peut aussi changer de radius à ce moment là, si on le souhaite.

A la fin de cette étape, on va redéfinir les slot avec une scie adaptée à la taille du pied des nouvelles frettes, puis bien nettoyer les slots.

Étape 3 : courbure et découpe des nouvelles frettes

Pour poser plus facilement les nouvelles frettes, on va leur donner la courbure correspondante au radius du manche. Voire même un poil plus courbe pour être certain que les extrémités ne vont pas « rebiquer » lors de la pose. Pour ça j’utilise un outil spécial qui permet de courber les frettes au radius voulu.

Et ensuite, on découpe la barre (courbée, du coup) de frettes à la longueur voulue pour chaque frette.

Étape 4 : pose des nouvelles frettes

A ce stade, je sort la presse à frette. Il existe plein de méthodes pour poser les frettes, mais je trouve que la méthode la plus efficace pour faire un travail soigné et précis, c’est la presse. Ca permet d’ajuster chaque frette très précisément en fonction des précédentes et de limiter l’étape de planimétrie (qu’on verra plus tard).

A ce stade, on a un manche fretté, avec des frettes qui dépassent. On va commencer par couper les extrémités au raz du manche avec une pince spéciale.

Ensuite on contrôle la planimétrie et on la corrige à la presse avant de coller les frettes en injectant de la super glue sur le pied de chaque frette, par la tranche, aux deux extrémités.

Pour les petits défauts de planimétrie restants (certains ne peuvent pas être corrigés à la presse), on attend bien que la colle ait séché avant de limer les frettes un peu trop hautes et de procéder à leur couronnement (refaire l’arrondi avec la lime spéciale).

Étape 5 : finition des extrémités des frettes

On attaque la partie la plus longue et la plus fastidieuse : les finitions.

Il faut commencer par limer l’extrémité des frettes au raz du manche. D’abord à 90 degrés de la frette (le long du bord du manche), puis à 35 degrés pour lui donner l’angle qui va bien. Là encore, il faut un outil spécial si on veut un résultat de qualité.

Un fois les extrémités dégrossies et à 35 degrés, on va casser, arrondir les angles du métal à l’extrémité de chaque frettes. Frette après frette, on va limer à la main les petits angles saillants des extrémités arrondies pour que la main du guitariste ne soit pas écorchée lorsqu’elle glissera le long du manche.

Puis, on procède à l’entretien de la touche (hydratation, nourrissage à l’huile), à un nouveau contrôle et ajustement éventuel de la planimétrie, au polissage des frettes avant remontage.

Étape 6 : remontage et réglage

Une fois le manche refixé au corps et les cordes remontées, on peut remettre le manche en tension. Théoriquement à ce stade, la planimétrie doit être bonne, mais on a parfois des surprise en fonction du bois de la touche. Alors on contrôle encore. S’il faut réajuster, on détend les cordes et on réajuste (lime, couronnement, polissage…).

Et on passe au réglage. On a posé des frettes neuves, donc probablement plus hautes que les frettes usées. Donc le réglage de l’action est à refaire.

Quand tout ça est fait, on peut passer au moment cool : l’essai 🙂

Voilà ! Vous savez tout sur le refrettage !

L’atelier de lutherie Esprit Guitare

L’atelier de lutherie Esprit Guitare vous accueille sur rendez vous pour vos travaux d’entretien, réparation, réglage ou customisation de guitares, basse, ukulélé ou autre 😉
N’hésitez pas à nous contacter ou à prendre rendez vous.

Esprit Guitare, la passion de l’instrument en Martinique.

#espritguitare #lutherie #guitartech #guitare #basse #martinique

Facebook
Instagram
Twitter
LinkedIn
Esprit Guitare - Atelier, réparation entretien réglage guitare, basse

Pierre-Yves chez Esprit Guitare

Musicien depuis l'enfance, passionné de musiques et d'expériences nouvelles, j'ai très vite appris à gérer moi même mon matériel, en particulier mes guitares. C'est de cette manière que j'ai fait mes premiers pas en lutherie, sans vraiment le savoir, à l'instar de M. Jourdain ;-) Curieux de tout et assoiffé de nouvelles connaissances, je me suis forgé une solide expérience au fil des années en travaillant sur de nouvelles guitares ou sur celles de mes connaissances... Je n'hésite pas à marier techniques traditionnelles et pratiques innovantes (qui parfois me viennent de domaines très éloignés de la lutherie) pour arriver à mon seul objectif : la satisfaction du musicien qui m'a confié son instrument :-)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.